Carême - La pauvreté de l'homme

La pauvreté de l'homme

Nous sommes pauvres. Pauvres de tout ceux que nous n'avons pas accueilli, des gestes qui se sont perdus dans l'indifférence, des personnes que nous n'avons pas consolées, des oubliés du chemin que notre regard n'a pas fécondés ni notre main caressés. Nous sommes pauvres de la rétention sans fin de notre vie qui devrait être écoulement vers l'autre, mystère d'amour et résurgence dans le frère contemplé. Il faut briser cette pauvreté, à laquelle plus personne ne communie. Il faut, tels les habitants de Ninive, crier vers Dieu avec force, crier de tout notre cœur pour faire pénitence et renaître de la miséricorde de Dieu.

Extrait de "Méditations pour le Carême"
de Nathalie Nabert

 

 

 Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour.

Selon ta grande miséricorde, efface mon péché.

Lave-moi tout entier de ma faute,

Purifie-moi de mon offense

(Psaume 50, 1-2.)

Vous pouvez laisser un commentaire

                    ci-dessous


Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Jean-Louis (vendredi, 09 mars 2018 10:45)

    Merci de nous révéler notre pauvreté ; nous avons souvent l'illusion d'être puissants ou de devoir l'être et nous nous sentons coupables de mal utiliser notre prétendue puissance.
    En réalité il est meilleur pour nous d'être pauvres et de le reconnaître: C'est alors que nous nous mettons à l'écoute de Dieu dans l'espérance d'être aidés par sa grâce. C'est alors que nous nous rendons attentifs à nos proches, dans l'espoir que notre fraternité nous aidera survivre.