Communauté de paroisses

Saint André du Sablon


Le coin prière


 Quand tu es en présence de quelqu'un, tu ne penses pas à lui, tu es avec lui. De même dans la prière, tu es avec Dieu.

(Un moine du mont Athos)

La prière


Christ pantocrator


Les prières du jour

la messe et les heures avec l'AELF

AELF

Méditation

Goûter au silence

 Au commencement de la prière

il y a le silence

 

Le silence n’est pas une épreuve, un poids, une souffrance. C’est l’expérience d’une présence. Et je crois que c’est l’expérience de la présence de Dieu. Ce silence est la voix même de Dieu, comme celle sur la montagne de l’Horeb qu’Élie a reconnue. La Bible parle de la « voix d’un silence ténu ». C’est exactement cela. Du moment où on réalise que ce silence est la voix même de Dieu, alors on peut goûter ce silence, aimer ce silence, savourer ce silence. Dieu n’a pas besoin de mots pour me parler, parce que, pour ce qu’il veut me dire, les mots ne suffisent pas.

Frère Rémi Chéno

 Prions pour les personnes qui souffrent,

dans leur corps ou dans leur âme,

pour celles qui vivent des situations difficiles

et celles qui n'ont plus le courage de prier.

Que le Seigneur leur donne la force, le soulagement

et les grâces dont elles ont besoin dans

les difficultés de la vie.

 La Prière

 

Nous portons en nous, inscrit en notre être, le souffle même de Dieu, laissons-le agir en nous, et puisque l'Esprit de Dieu nous habite, prions dans l'Esprit Saint en nous adressant à Dieu par l'intermédiaire de Jésus, la porte étroite qui mène à la Vie (Jn 10,9). Prions comme un enfant. On entre vraiment dans le Royaume de la prière et donc dans l'intimité de Dieu qu'en retrouvant un cœur d'enfant (Mt 18,3). L'esprit d'enfant nous ouvre à l'esprit d'humilité et l'humilité nous fait entrer dans la prière la plus vraie. « Mon Dieu, aie pitié du pécheur que je suis » (Lc 18,13). Prier en effet n'est pas d'abord s'élever vers Dieu mais s'ouvrir à lui pour l'accueillir en soi et dans le secret : ferme sur toi la porte et prie ton Père qui est dans le secret. Ton Père voit dans le secret et il te le rendra (Mt 6,6).

Mais veut-on vraiment prier ?

La prière n'en demeure pas moins aride et austère. Il faut reconnaître que la prière a un ennemi acharné : l'esprit du mal, qui sait mieux que nous, tout le bien qu'elle peut nous faire. La prière est affaire de volonté, prions donc sans nous décourager (Lc 18,1). Prions de tout notre être. « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force » dit le Deutéronome (6,5) et Jésus ajoute : « et de tout ton esprit » (Mt 22,37). On peut par conséquent prier véritablement Dieu et avec son âme et avec son corps, le jeûne restant un des meilleurs alliés de la prière.

L'église est le prolongement du Christ sur la terre et le lieu ou l'Esprit établit les hommes dans la plus grande unité. La prière liturgique exprime, nourrit et construit la charité par qui se noue la perfection. Prions aussi, tous ensemble, en Église.

La vie est là, avec ses exigences quotidiennes, ses sollicitations multiples et diverses. Dès lors, où il y a la prière et la vie, tout est séparé ; où il y a la prière dans la vie, tout est unifié. Unir en nous la prière et la vie passe par cette clé qui consiste à faire de la prière sa vie et de la vie une prière. C'est alors que nous sommes amenés à comprendre que la prière, avant d'être une attitude particulière, un temps fort, un moment réservé, une technique en action, est une respiration d'âme.Tout le jour je pense à Lui, et quand vient la nuit, je dors, mais mon cœur veille. On prie comme l'on vit, on prie continuellement puisqu'en nous la Vie n'a pas de cesse.

(Fragments puisés sur le site des Fraternités de Jérusalem - les dix clés de la prière)