Adoration du Saint Sacrement

Autres prières du temps liturgique


Adoration du Saint Sacrement


Tous les 1er vendredi de chaque mois et tous les vendredis de Carême et d'Avent

à la chapelle saint Clément sous l'église saint Fiacre

après la messe de 18h30


Saint sacrement

Le pape Jean-Paul II nous dit ceci sur le Saint-Sacrement :

"Par l'adoration du Saint-Sacrement, le chrétien contribue à la transformation radicale du monde et à la germination de l’Évangile. Toute personne qui prie le Seigneur entraîne à sa suite le monde entier et l'élève à Dieu. Ceux qui se tiennent devant le Seigneur remplissent un service éminent. Ils présentent au Christ tous ceux qui ne Le connaissent pas. Ils veillent devant Lui en leur nom".

Ainsi, lorsqu'une âme s'approche dans la foi du Saint-Sacrement, Jésus suscite un nouvel élan de charité dans son corps mystique. Une nouvelle effusion de vie divine rejoint toute personne de manière invisible.




Lectio Divina


lectio - meditatio- oratio- contemplatio- actio

La lectio divina s'ouvre par la lecture du texte (lectio) qui provoque une question portant sur le contenu :

que dit le texte biblique sur soi ?

S'en suit la méditation (meditatio) qui pose la question suivante :

que nous dit le texte biblique ?

On arrive ainsi à la prière (oratio) avec cette interrogation :

que disons-nous au Seigneur en réponse à sa Parole ?

On termine par la contemplation (contemplatio) au cours de laquelle, avec le regard du Seigneur Dieu, nous nous demandons :

quelle conversion, du cœur et de la vie, le Seigneur nous demande-t-il ?

 

La lectio divina ne s'achève pas tant qu'elle ne débouche pas sur l'action (actio) qui porte l'existence croyante à se faire don dans la charité.

Pour suivre et s'inscrire à une "Lectio Divina" sur internet voici un lien direct :

 

Lectiodivina.catholique.fr

(site géré par "catholique.fr et cef.fr")




Intentions de prières du pape François pour mai


POUR LA MISSION DES LAÏCS

 

Prions pour que les fidèles laïcs accomplissent leur mission spécifique en mettant leur créativité au service des défis du monde actuel.

  • "Bien souvent, nous sommes tombés dans la tentation de penser que le laïc engagé est celui qui travaille dans les œuvres de l’Église et/ou dans les affaires de la paroisse ou du diocèse, et nous avons peu réfléchi sur la façon d'accompagner un baptisé dans sa vie publique et quotidienne. Sur la façon dont, dans son activité quotidienne, avec les responsabilités qui lui incombent, il s'engage en tant que chrétien dans la vie publique. Sans nous en rendre compte, nous avons généré une élite laïque en croyant que ne sont laïcs engagés que ceux qui travaillent dans les affaires des prêtres et nous avons oublié, en le négligeant, le croyant qui bien souvent brûle son espérance dans la lutte quotidienne pour vivre sa foi."



AED - intentions de prières

INTENTIONS DE PRIÈRES POUR LES MOIS

DE MAI ET JUIN


 

1) Pour L’Église en Chine

Chaque année, le 24 mai est un jour dédié à la prière pour l’Église en Chine. Nous ne manquons pas de prier à cette intention. Depuis la promulgation de la nouvelle loi sur les activités religieuses en février dernier, le pouvoir cherche à reprendre la main sur les activités et les communautés chrétiennes dites « illégales ». Ainsi, dans la province du Henan, qui compte 2,4 millions de chrétiens dont 300 000 catholiques, le nouveau gouverneur mène une sévère répression contre les églises non enregistrées. Dans 8 diocèses, sur les 10 que compte la province, des églises catholiques et protestantes ont été fermées, des propriétés d’Église saisies, des prêtres chassés. La pierre tombale d’un évêque décédé de l’Église « clandestine » a même été détruite. Un communiqué de l’Association patriotique des catholiques de Chine (APCC) demande en outre, au nom du «principe de séparation entre la religion et l’éducation» que les édifices religieux n’accueillent plus de sessions de formation et que les parents n’emmènent plus leurs enfants à l’église.

Prions pour l’Église en Chine, réprimée dans certaines provinces. Prions pour qu’elle garde son caractère prophétique et continue d’annoncer la foi, en communion avec toute l’Église.

 

2) Pour les chrétiens au Pakistan

Le 15 avril dernier, deux chrétiens ont été tués et trois autres blessés après l’assaut lancé par des fanatiques dans le quartier chrétien de Quetta, au nord du Pakistan. C’est la troisième attaque contre les chrétiens de cette ville en quelques mois (les dernières ont eu lieu à Noël et au mois d’octobre). A Lahore, le 2 avril, une famille catholique de quatre personnes a été abattue. Ces attaques, revendiquées par L’État islamique, surviennent quelques jours après la fête nationale du 23 mars, où chrétiens et musulmans s’étaient rassemblés pour prier pour la paix et la réconciliation du pays. L’archevêque de Lahore, Mgr Sebastian Shaw, a demandé au gouvernement une meilleure protection pour que tous les habitants puissent vivre en sécurité. Il appelle aussi à prier « pour que les gens de toutes les religions puissent vivre au Pakistan en paix et en harmonie. »

Avec Mgr Shaw, nous prions : quand les chrétiens au Pakistan sont tentés de perdre espoir ; quand ils voient ces atrocités se produire les unes après les autres, que notre compassion et notre prière leur rappellent que nous sommes avec eux, à leurs côtés.

 

3) Pour la Centrafique

Depuis plusieurs mois des affrontements violents se poursuivent entre membres de la Séléka, majoritairement musulmans, et anti-balaka, majoritairement animistes et chrétiens. Des provocateurs s’attaquent aux lieux de cultes pour attiser la haine dans la population. Le 1er mai, en pleine messe, l’église Notre-Dame de Fatima de Bangui, a été la cible d’une attaque faisant 24 morts, dont un prêtre, le père Albert Toungoumale, et 170 blessés. En représailles, la mosquée du quartier de Lakounga a été brûlée et deux musulmans lynchés. Le 21 mars, à Séko, plusieurs personnes et un prêtre, le père Joseph Angbabata, ont aussi été tués dans l’attaque de leur commune par une bande armée de Peuls, en représailles au massacre des leurs par des anti-balaka. Il y a deux ans, le père Albert exhortait à prier pour que cessent les violences et la vengeance qui, depuis 2012, désolent ce pays.

Avec lui, en union avec toutes les victimes de ce conflit insensé, nous prions pour la paix en Centrafrique. Nous prions pour tous ceux qui meurent à cause de leur foi, au service de la paix, comme le père Albert. Prions pour l’Église en Centrafrique.

 

4) Pour les chrétiens au Nigéria

Dans L’État de Benue, à l’Est du Nigeria, deux prêtres et 16 fidèles ont été tués, le 24 avril, dans l'attaque de l’église du village de Mbalom, lors d'une messe de funérailles. Attribuée à des éleveurs nomades peuls fortement islamisés, en conflit depuis des décennies avec les populations sédentaires, majoritairement chrétiennes, l’attaque s’est poursuivie par le pillage de 60 maisons et de greniers alimentaires. Au-delà du conflit récurrent éleveurs-agriculteurs (une loi censée protéger les agriculteurs interdit la transhumance et le pâturage dans les champs), les observateurs voient dans ces attaques ciblées une volonté de terroriser les populations chrétiennes et de leur faire quitter leurs villages.

Prions pour le Nigeria. Prions pour les chrétiens régulièrement attaqués. Prions pour que le gouvernement trouve de justes solutions au conflit entre cultivateurs et éleveurs et qu’il protège efficacement les populations les plus exposées.

 

5) Pour L’Église catholique en Bosnie-Herzégovine

La république de Bosnie-Herzégovine (en Ex-Yougoslavie), est scindée en trois groupes ethniques : Croates, Serbes et Bosniaques. Majoritairement catholiques, les Croates constituent le plus petit groupe ethnique (15,4 %, sur 3,8 millions d’habitants). Monseigneurr Komarica, archevêque de Banja Luka, déplore les discriminations que subissent les catholiques de son pays. Ils sont selon lui des « citoyens sans droits fondamentaux définis ». Ils ne peuvent compter sur aucun soutien politique, juridique ou financier. Il est rare qu’ils obtiennent l’autorisation de reconstruire maisons ou églises, détruites par la guerre. Dépossédés de leurs biens, désavantagés face à l’emploi, beaucoup partent à l’étranger.

Prions pour que les droits des catholiques soient partout respectés en Bosnie. Que soit reconnu leur engagement pacifique au service du pays, notamment à travers leurs œuvres sociales et éducatives.




signe de fin