Adoration du Saint Sacrement

Autres prières du temps liturgique


Adoration du Saint Sacrement


Tous les 1er vendredi de chaque mois et tous les vendredis de Carême et d'Avent

à la chapelle saint Clément sous l'église saint Fiacre

après la messe de 18h30


Saint sacrement

Le pape Jean-Paul II nous dit ceci sur le Saint-Sacrement :

"Par l'adoration du Saint-Sacrement, le chrétien contribue à la transformation radicale du monde et à la germination de l’Évangile. Toute personne qui prie le Seigneur entraîne à sa suite le monde entier et l'élève à Dieu. Ceux qui se tiennent devant le Seigneur remplissent un service éminent. Ils présentent au Christ tous ceux qui ne Le connaissent pas. Ils veillent devant Lui en leur nom".

Ainsi, lorsqu'une âme s'approche dans la foi du Saint-Sacrement, Jésus suscite un nouvel élan de charité dans son corps mystique. Une nouvelle effusion de vie divine rejoint toute personne de manière invisible.




Lectio Divina


lectio - meditatio- oratio- contemplatio- actio

La lectio divina s'ouvre par la lecture du texte (lectio) qui provoque une question portant sur le contenu :

que dit le texte biblique sur soi ?

S'en suit la méditation (meditatio) qui pose la question suivante :

que nous dit le texte biblique ?

On arrive ainsi à la prière (oratio) avec cette interrogation :

que disons-nous au Seigneur en réponse à sa Parole ?

On termine par la contemplation (contemplatio) au cours de laquelle, avec le regard du Seigneur Dieu, nous nous demandons :

quelle conversion, du cœur et de la vie, le Seigneur nous demande-t-il ?

 

La lectio divina ne s'achève pas tant qu'elle ne débouche pas sur l'action (actio) qui porte l'existence croyante à se faire don dans la charité.

Pour suivre et s'inscrire à une "Lectio Divina" sur internet voici un lien direct :

 

Lectiodivina.catholique.fr

(site géré par "catholique.fr et cef.fr")




Coin prière


 

Dieu n'est jamais à plus

d'une prière

de distance de vous

(Charles B. Hodje Jr)

La prière
Cliquez sur l'image



Intentions de prières du pape François pour novembre


POUR LE PROCHE ORIENT

 

Prions pour le Proche-Orient, où diverses composantes religieuses partagent le même espace de vie, afin que surgisse un esprit de dialogue, de rencontre et de réconciliation.
La rencontre et l'unité doivent toujours être recherchées sans peur de la diversité. Et de même la paix: elle doit être cultivée, y compris sur les terrains arides des oppositions, car aujourd'hui, quoi qu'il en soit, il n'y a pas d'alternative possible à la paix. Les trêves assurées par les murs ou les épreuves de force n'apporteront pas la paix; mais c'est la volonté réelle d'écoute et de dialogue qui le fera.




AED - intentions de prières

INTENTIONS DE PRIÈRES POUR LES MOIS

DE NOVEMBRE - DECEMBRE


1) Pour la Syrie

 

Le 9 octobre, la Turquie a envahi le nord de la Syrie pour y déloger les Kurdes, considérés comme « terroristes » selon elle. Sous la pression internationale, un cessez-le-feu puis un accord passé avec la Russie a entériné le départ des Kurdes de cette région. Il est prévu de mettre en place une zone de sécurité où une partie des 3,6 millions de réfugiés syriens vivant en Turquie pourrait s’installer. Si le conflit en Syrie change de direction, il dure depuis près de 9 ans, n’en finit pas de faire des victimes et de jeter des milliers de personnes désemparées sur les routes de l’exode. Depuis 2011, la communauté chrétienne en Syrie est passée de 1,5 million à 500 000 fidèles, soit une perte de près de 67 %. Ce nouvel épisode de chaos remet en cause la présence des chrétiens au nord du pays. Beaucoup d’entre eux ne savent plus quoi faire : Partir ? Rester et s’exposer ? Le risque est grand en effet de voir des centaines de djihadistes de Daech, échappés de leurs prisons kurdes, se réorganiser à tout moment et de nouveau semer la terreur.

Prions pour que la paix advienne enfin en Syrie et dans tout le Proche-Orien. Prions pour les familles qui on fui et celles qui restent. Avec le pape François, prions pour que naisse un esprit de dialogue, de rencontre et de réconciliation parmi les diverses composantes religieuses et ethniques du Proche-Orient.

 

2) Pour la République Démocratique du Congo

 

Un drame se joue depuis 1997 à l’est de la République démocratique du Congo, dans les provinces du Kivu et de l’Ituri, frontalières du Rwanda et de l’Ouganda. La violence, la pauvreté, la famine y ont tué 6 millions de personnes. Certaines sources avancent le double ; d’autres évoquent un « génocide ». Des centaines de groupes armés qui pillent, violent, tuent en toute impunité, chassent les populations de leurs terres pour en exploiter les minerais précieux dans l’illégalité la plus totale ; des villageois forcés de travailler dans les mines dans des conditions épouvantables ; des déplacements de populations à grande échelle ; des infrastructures sanitaires détruites qui entraînent une forte mortalité des plus faibles… Ce désastre écologique et humain n’arrive pas à mobiliser l’opinion internationale. Les alertes lancées par les ONG et par l’Église se perdent face aux intérêts internationaux et à la demande, toujours plus forte, en minerais précieux, tel le coltan, indispensable à la fabrication des téléphones portables, de composants électroniques ou à l’industrie aérospatiale.

Prions pour les populations de l’est de la RDC. Dans la ligne de l’encyclique ‘Laudato Si’ du pape François, prions pour que nos sociétés, de plus en plus interdépendantes, acceptent de revoir leurs modes de consommation, dès lors que la vie d’êtres humains est en jeu. Prions pour l’Église qui vient en aide à ces populations éprouvées, comme les Filles de la Résurrection, religieuses soutenues par l’AED. Plusieurs d’entre elles ont payé de leur vie leur présence dans ces régions auprès des plus pauvres.

 

3) Pour la Birmanie

 

Dans un message au peuple birman daté du 15 août, le cardinal Charles Maung Bo, archevêque de Rangoun, a lancé un appel à la paix et à l’unité face aux conflits qui opposent l’armée régulière birmane et les populations des États Shan, Kachin, Karen et d’Arakan, faisant de nombreuses victimes et des milliers de déplacés. Il dénonce le manque d’assistance humanitaire aux personnes touchées par les conflits ou vivant dans les camps de déplacés. Mgr Charles Bo alerte également l’opinion sur les lois injustes qui menacent la liberté religieuse et civile des minorités, alors que des responsables religieux continuent de répandre des discours de haine et incitent à la violence. Dans un deuxième message publié le 1er octobre, l’archevêque de Rangoun appelle tous les responsables religieux bouddhistes, protestants, catholiques à s’élever contre la guerre et la souffrance des innocents. Il leur demande d’user de leur influence dans la population pour accélérer le processus de paix en Birmanie.

Avec le cardinal Charles Bo, prions pour que cette nation blessée par ses divisions puisse un jour vivre, libérée de la peur, dans la justice et la paix. Prions pour que l’Église en Birmanie devienne "un espace de miséricorde pour tous, un centre de réconciliation, afin de défendre les droits de tous sans exceptions."

 

4) Pour Haïti

 

Comme dans de nombreux pays d’Amérique latine et d’Amérique centrale, Haïti, dans les Caraïbes, connaît de forts mouvements de contestation : la corruption des dirigeants, les détournements de fonds, la pauvreté qui touche les 3/4 de la population, poussent des milliers de personnes dans la rue depuis plusieurs mois. A l’invitation des évêques, des milliers de catholiques ont conflué vers la cathédrale de Port-au-Prince le 22 octobre, pour la fête de St Jean-Paul II, après une marche pacifique et silencieuse. Dans son homélie, l’archevêque, Mgr Mésidor, a réaffirmé que « quelque chose doit changer dans ce pays », citant les paroles du saint pape venu en Haïti en 1983. Il a imploré « le chef de l’État, le parlement, la classe politique et tous ceux qui veulent aider Haïti, d’écouter la voix de la sagesse ». Malgré le mouvement de fond qui s’exprime contre la politique du chef de l’Etat, celui-ci s’accroche au pouvoir. Les ONG, les organismes catholiques, la Caritas, les congrégations religieuses, peinent à assurer leur mission auprès d’une population exaspérée. Le siège d’un certain nombre d’entre eux a même été saccagé.

Prions pour Haïti, pour ses habitants en détresse, pour ce pays qui s’enfonce dans la misère et ne parvient pas à se relever. Prions pour ses dirigeants afin qu’ils ne restent pas sourds aux appels du peuple haïtien et ‘qu’ils écoutent la voie de la sagesse’.

 

5) Pour le Nicaragua

 

Après l’avoir accusée de fomenter un coup D’État, le gouvernement du Nicaragua reprend ses attaques contre l’Église catholique. Cette fois, il se sert massivement des réseaux sociaux : des messages incitent à la haine envers l’Église et envers les prêtres, avec des représentations macabres de mannequins pendus, portant la soutane noire. Cette incitation à la haine touche aussi tout citoyen qui exprime un désir de démocratie, de liberté et de justice. Alors que de nombreux prêtres et 70.000 opposants ont déjà dû fuir le pays pour leur sécurité, la haine se propage jusque dans les cimetières où, continuellement, les tombes de manifestants tués sont profanées. Pour le cardinal Leopoldo Brenes, archevêque de Managua, l’Église au Nicaragua est toujours en état de siège, plus encore qu’au printemps 2018, quand elle avait un rôle de médiation entre le gouvernement et l’opposition.

Prions pour la population désarmée du Nicaragua. Pour l’Église qui apporte son soutien moral et spirituel, notamment auprès des familles des victimes et de tous ceux qui sont persécutés par le régime.




signe de fin