Adoration du Saint Sacrement

Autres prières du temps liturgique


Adoration du Saint Sacrement


Tous les 1er vendredi de chaque mois et tous les vendredis de Carême et d'Avent

à la chapelle saint Clément sous l'église saint Fiacre

après la messe de 18h30


Saint sacrement

Le pape Jean-Paul II nous dit ceci sur le Saint-Sacrement :

"Par l'adoration du Saint-Sacrement, le chrétien contribue à la transformation radicale du monde et à la germination de l’Évangile. Toute personne qui prie le Seigneur entraîne à sa suite le monde entier et l'élève à Dieu. Ceux qui se tiennent devant le Seigneur remplissent un service éminent. Ils présentent au Christ tous ceux qui ne Le connaissent pas. Ils veillent devant Lui en leur nom".

Ainsi, lorsqu'une âme s'approche dans la foi du Saint-Sacrement, Jésus suscite un nouvel élan de charité dans son corps mystique. Une nouvelle effusion de vie divine rejoint toute personne de manière invisible.




Lectio Divina


lectio - meditatio- oratio- contemplatio- actio

La lectio divina s'ouvre par la lecture du texte (lectio) qui provoque une question portant sur le contenu :

que dit le texte biblique sur soi ?

S'en suit la méditation (meditatio) qui pose la question suivante :

que nous dit le texte biblique ?

On arrive ainsi à la prière (oratio) avec cette interrogation :

que disons-nous au Seigneur en réponse à sa Parole ?

On termine par la contemplation (contemplatio) au cours de laquelle, avec le regard du Seigneur Dieu, nous nous demandons :

quelle conversion, du cœur et de la vie, le Seigneur nous demande-t-il ?

 

La lectio divina ne s'achève pas tant qu'elle ne débouche pas sur l'action (actio) qui porte l'existence croyante à se faire don dans la charité.

Pour suivre et s'inscrire à une "Lectio Divina" sur internet voici un lien direct :

 

Lectiodivina.catholique.fr

(site géré par "catholique.fr et cef.fr")




Coin prière


 

Dieu n'est jamais à plus

d'une prière

de distance de vous

(Charles B. Hodje Jr)

La prière
Cliquez sur l'image



Intentions de prières du pape François pour juillet


POUR LES PRÊTRES DANS LEUR MISSION PASTORALE

 

Prions pour que les prêtres qui souffrent de la fatigue et de la solitude dans leur travail pastoral soient aidés et consolés par l'amitié du Seigneur et de leurs frères.

  • Être amis des prêtres en soutenant leur vocation et en accompagnant leur ministère, c'est le grand don avec lequel vous enrichissez l’Église ! Chers frères et sœurs, je vous exhorte à être de vrais amis des séminaristes et des prêtres, leur manifestant votre amour dans la promotion des vocations, dans la prière et la collaboration pastorale. Et surtout : toujours de l'avant ! En avant dans l'espérance, en avant avec votre mission...



AED - intentions de prières

INTENTIONS DE PRIÈRES POUR LES MOIS

DE JUILLET ET AOÛT


 

 1) Pour la fécondité de la rencontre œcuménique de Bari, le 7 juillet

 

Le 7 juillet, à la basilique st Nicolas de Bari (sud de l’Italie), le pape François a accueilli évêques et patriarches des Églises catholiques et orthodoxes du Proche-Orient, pour une journée de prière et de réflexion sur la situation des chrétiens d’Orient. Le pape a exprimé ses craintes de voir s’effacer la présence des chrétiens dans cette partie du monde, dans l’indifférence et « avec la complicité de beaucoup ». Il n’a pas manqué de dénoncer vigoureusement les politiques néfastes et les ingérences étrangères qui ruinent l’espérance des populations d’Orient. Après une réflexion commune des évêques sur l’aide aux réfugiés, le retour dans leurs pays d’origine et le maintien de la présence chrétienne au Proche-Orient, le pape a lancé un ardent appel à la paix, notamment en Syrie.

Nous prions pour la fécondité de cette rencontre de Bari et pour la paix au Proche-Orient ; pour un renouveau des liens de solidarité spirituelle et matérielle avec les chrétiens d’Orient. Nous confions cette intention à l’intercession de st Nicolas, vénéré tant par les catholiques que par les orthodoxes, trait d’union entre l’Orient et l’Occident.

 

2) Pour la Syrie

 

Dans l’indifférence générale, la guerre fait encore des victimes et des milliers de déplacés. Au cours des quatre premiers mois de l’année, plus de 920.000 personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays, un chiffre record depuis le début du conflit en 2011. La province méridionale de Deraa, là où avait commencé ‘le printemps arabe’ en Syrie, est encore contrôlée à 40 % par les rebelles. L’armée gouvernementale, appuyée par les Iraniens et les Russes, en a fait sa cible prioritaire. Dans cette province, 750.000 personnes sont menacées par les combats incessants et les bombardements. Au moins 300.000 d’entre elles ont été déplacées et se heurtent à la fermeture des frontières. Un cessez-le feu a toutefois été scellé le 6 juillet, permettant le retour de déplacés.

Nous prions pour les populations encore touchées par la guerre en Syrie ; pour les déplacés, en grande partie des femmes et des enfants ; pour les chrétiens qui n’ont pas fui et qui se sentent abandonnés, parfois accusés d’être des suppôts du régime syrien.

 

3) Pour l’Éthiopie et l’Érythrée

 

Le 9 juillet a été signé un accord historique de paix entre l’Éthiopie et l’Érythrée, mettant fin à près de 30 ans de guerres (dont une qui a fait 80.000 morts pour un différend frontalier) et de nombreux exodes de populations. Il aura fallu la pression de puissances étrangères et l’élection du nouveau premier ministre réformateur éthiopien, Ahmed Abiy, pour que celui-ci annonce, début juin, son intention d’appliquer l’accord de paix signé en 2000 avec l’Érythrée, jamais respecté. Il reste aussi à l’Éthiopie et à l’Érythrée de faire un pas de plus vers le respect des droits civiques, de la liberté de conscience et de religion – l’Érythrée est l’un des pays où les chrétiens sont le plus persécutés au monde – pour que cette paix devienne complète et durable. Le pape François a salué la rencontre des deux hommes comme une « bonne nouvelle » appelant de ses vœux « qu’elle puisse allumer la lumière de l’espérance pour ces deux pays de la Corne de l’Afrique et pour l’ensemble du continent africain ».

La paix est don de Dieu mais elle est confiée aux hommes : nous prions pour tous ceux qui cherchent à la mettre en œuvre ; pour qu’elle se répande dans tous les pays en guerre du continent africain.

 

4) Pour le Soudan du sud

 

Le 30 mai dernier, une résolution a été votée au Conseil de sécurité des Nations unies intimant au président Salva Kiir de trouver un accord politique viable avec son ancien vice-président Riek Machar, sans quoi des sanctions seraient appliquées. Depuis 2013, les deux hommes s’affrontent sans merci en mobilisant et sacrifiant leurs ethnies respectives, Dinka et Nuer, au bénéfice de leurs ambitions personnelles. Un accord de paix signé en 2015 a été maintes fois violé, d'où cet ultimatum de l’ONU. Le 20 juin les deux hommes se sont rencontrés en Éthiopie, à l’invitation du nouveau premier ministre éthiopien Ahmed Abiy, pour relancer le cessez le feu, signé le 24 décembre dernier, jamais respecté. Les civils sont les principales victimes de ce conflit qui a causé déjà 300.000 morts. La sécurité alimentaire de la moitié de la population est menacée. Sur les 12 millions d’habitants, près de 2,5 millions sont réfugiés dans les pays voisins (Ouganda, Kenya, Éthiopie, Soudan, RDC, Centrafrique) et 2 millions déplacés à l’intérieur du pays.

Prions pour la paix au Soudan du Sud ; pour ses habitants qui, depuis plus de 60 ans, n’ont pratiquement jamais connu la paix ; pour que la notion de bien commun l’emporte sur les stratégies et les ambitions personnelles.

 

5) Pour les prêtres et religieuses retenus en otage

 

Plusieurs prêtres ou religieuses sont retenus prisonniers par des groupes armés dans différents pays du monde. Nous pensons en particulier à Sœur Gloria Cécilia Narvaez religieuse colombienne des sœurs franciscaines de Marie Immaculée, enlevée en février 2017 à Karangasso, dans le sud du Mali. Nous pensons au père Gabriel Oyaka, prêtre spiritain, enlevé le 7 septembre 2015 dans l’État de Kogi, au Nigeria. Au père Paolo Dall’Oglio, prêtre jésuite italien, missionnaire en Syrie, enlevé à Raqqa le 29 juillet 2013, par l’État islamique. Certaines sources disent qu’il aurait été exécuté peu de temps après sa capture. Nous pensons aux pères Anselme Wasikundi, Jean-Pierre Ndulani et Edmond Bamututé, prêtres assomptionnistes, enlevés le soir du 19 octobre 2012 dans la paroisse Notre-Dame des Pauvres de Mbau, à l’est de la République démocratique du Congo.

Avec le pape François, nous prions : « Que le Dieu miséricordieux touche le cœur des ravisseurs et accorde au plus vite à nos frères d’être libérés et de pouvoir revenir dans leurs communautés. »




signe de fin