Adoration du Saint Sacrement

Autres prières du temps liturgique


Adoration du Saint Sacrement


Tous les 1er vendredi de chaque mois et tous les vendredis de Carême et d'Avent

à la chapelle saint Clément sous l'église saint Fiacre

après la messe de 18h30


Saint sacrement

Le pape Jean-Paul II nous dit ceci sur le Saint-Sacrement :

"Par l'adoration du Saint-Sacrement, le chrétien contribue à la transformation radicale du monde et à la germination de l’Évangile. Toute personne qui prie le Seigneur entraîne à sa suite le monde entier et l'élève à Dieu. Ceux qui se tiennent devant le Seigneur remplissent un service éminent. Ils présentent au Christ tous ceux qui ne Le connaissent pas. Ils veillent devant Lui en leur nom".

Ainsi, lorsqu'une âme s'approche dans la foi du Saint-Sacrement, Jésus suscite un nouvel élan de charité dans son corps mystique. Une nouvelle effusion de vie divine rejoint toute personne de manière invisible.




Lectio Divina


lectio - meditatio- oratio- contemplatio- actio

La lectio divina s'ouvre par la lecture du texte (lectio) qui provoque une question portant sur le contenu :

que dit le texte biblique sur soi ?

S'en suit la méditation (meditatio) qui pose la question suivante :

que nous dit le texte biblique ?

On arrive ainsi à la prière (oratio) avec cette interrogation :

que disons-nous au Seigneur en réponse à sa Parole ?

On termine par la contemplation (contemplatio) au cours de laquelle, avec le regard du Seigneur Dieu, nous nous demandons :

quelle conversion, du cœur et de la vie, le Seigneur nous demande-t-il ?

 

La lectio divina ne s'achève pas tant qu'elle ne débouche pas sur l'action (actio) qui porte l'existence croyante à se faire don dans la charité.

Pour suivre et s'inscrire à une "Lectio Divina" sur internet voici un lien direct :

 

Lectiodivina.catholique.fr

(site géré par "catholique.fr et cef.fr")




Coin prière


 

Dieu n'est jamais à plus

d'une prière

de distance de vous

(Charles B. Hodje Jr)

La prière
Cliquez sur l'image



Intentions de prières du pape François pour septembre


POUR LES JEUNES DU CONTINENT AFRICAIN

 

Prions pour que les jeunes du continent africain aient accès à l'éducation et au travail dans leur propre pays.

  • Si un jeune, garçon ou fille, n'a pas de travail, ne peut pas étudier, que peut-il faire ? Il peut être délinquant, ou bien tomber dans une forme de dépendance, ou bien se suicider ou bien s'enrôler dans une activité qui lui donne un but dans la vie, le trompant, en le séduisant. La première chose que nous devons faire pour éviter qu'un jeune soit recruté ou cherche à se faire recruter, c'est l'instruction et le travail. Si un jeune n'a pas la possibilité de recevoir une éducation, même une éducation d'urgence, de petits métiers, que peut-il faire ? Là se trouve le danger ! C'est un danger social, qui nous dépasse, et qui dépasse aussi le pays, parce qu'il dépend d'un système international qui est injuste, qui met au centre de l'économie non pas la personne, mais le dieu argent.



AED - intentions de prières

INTENTIONS DE PRIÈRES POUR LES MOIS

DE SEPTEMBRE ET OCTOBRE


 

 1) Pour les jeunes en Centrafrique

 

En ce mois de septembre, nous prions pour les enfants et les jeunes, notamment pour ceux du continent africain comme nous y invite le pape François, afin qu’ils aient accès à l’éducation et au travail dans leur propre pays. Combien de pays en Afrique ne peuvent offrir cette possibilité aux jeunes, faute de structures, de professeurs, faute de stabilité sociale et politique ? En Centrafrique, pays miné par la guerre civile depuis 2013, un habitant sur quatre a dû fuir son domicile. La dispersion des familles, les dangers quotidiens ne favorisent en rien la scolarisation des jeunes. Pire, nombre d’entre eux, enfants des rues ou enfants enlevés à leurs familles, sont enrôlés par les milices qui rackettent la population et sèment la terreur.

Nous prions pour la Centrafrique, pour sa jeunesse, pour toutes les victimes de ce conflit. L’Église qui gère de nombreuses institutions scolaires et éducatives n’est pas épargnée. Nous prions particulièrement pour le directeur d’une école de Bambari (centre du pays) et le vicaire général de ce diocèse, tous deux assassinés les 20 et 29 juin dernier.

 

2) Pour les chrétiens de Syrie

 

Les Kurdes cherchent à éliminer « en douceur » la présence chrétienne dans le nord-est du pays. Selon Mgr Jacques Behnam Hindo, archevêque syro-catholique de Hassaké-Nisibi (Nisibe), plusieurs écoles chrétiennes ont déjà été fermées par le gouvernement kurde autoproclamé, d’autres sont menacées de l’être, au prétexte qu’elles ont refusé les programmes imposés par les autorités, notamment le programme d’histoire. En s’attaquant à la culture, c’est une nouvelle fois les racines chrétiennes de l’antique Mésopotamie syrienne qui sont menacées. Les Kurdes ne représentent que 20 % de la population, mais forts du soutien de l’Occident, ils poursuivent la kurdisation de cette région qui prévoit, entre autres, le départ de la communauté chrétienne locale.

Nous prions pour les chrétiens de Syrie, pris en tenaille dans ce conflit qui dure depuis 7 ans et menacés de disparaître dans cette région du nord-est. Pour que la richesse de leur culture et de leur foi, qui témoigne d’un « savoir-vivre ensemble » multiséculaire, soit reconnue et accueillie par tous et qu’elle puisse encore porter du fruit.

 

3) Pour les prêtres au Mexique

 

Le Mexique est gangrené par la violence. En 2017, 25.324 homicides ont été enregistrés. Rien que durant la campagne électorale présidentielle, qui a porté au pouvoir M. Lopez Obrador en juillet, 150 hommes politiques ont été assassinés. Le nouveau président s’est présenté au long de sa campagne comme le « défenseur du peuple mexicain ». Il devra impérativement lutter contre la corruption et la criminalité qui exaspèrent les Mexicains. Au mois de juin, la Conférence épiscopale mexicaine a publié un protocole de sécurité à l’attention des prêtres qui vivent leur ministère dans un milieu souvent hostile. Fin août, un nouveau prêtre, le père Miguel Hernandez, a été tué dans l’Etat de Michoacan, ce qui porte à 6 le nombre de prêtres assassinés depuis le début de l’année.

Nous prions pour que cessent la violence et le crime organisé au Mexique. Nous prions pour les prêtres, cibles de choix des narcotrafiquants. Nous prions pour les jeunes qui se préparent courageusement au sacerdoce, conscients des risques qu’ils encourent.

 

4) Pour les chrétiens du Népal

 

En 2016, le gouvernement népalais avait décidé de ne plus faire de Noël un jour férié. Une nouvelle loi, entrée en vigueur le 17 août dernier, va désormais pénaliser les conversions religieuses. Pour la minorité chrétienne, il s’agit d’une manœuvre visant principalement les chrétiens. Leur nombre a progressé significativement ces dernières années dans ce pays de 29 millions d’habitants, majoritairement hindous. Beaucoup de Népalais en effet, mis au ban de la société par un système de castes encore bien ancré, se tournent vers la foi chrétienne qui leur ouvre un avenir. Pour le père Silas Bogati, vicaire général du vicariat apostolique du Népal, cette nouvelle loi est une menace qui plane en permanence sur la communauté chrétienne ; elle peut être utilisée contre elle à tout moment.

Nous prions pour que cesse l’exclusion au nom de la religion. Nous prions pour les chrétiens menacés du Népal. Que cette nouvelle loi discriminatoire n’entame pas leur foi et leur détermination au service des plus pauvres.

 

5) Pour une otage chrétienne au Nigeria

 

Leah Sharibu, une collégienne de Dapchi, dans le nord-est du Nigeria, a été enlevée le 19 février dernier par le groupe islamiste Boko Haram, avec une centaine de ses camarades. Aujourd’hui, elle est la seule adolescente du groupe encore détenue par les islamistes parce qu’elle a refusé de renier sa foi chrétienne. Dans un enregistrement transmis à la presse nigériane le 27 août, elle a appelé le gouvernement d’avoir pitié d’elle et de la sortir de cette situation. Le maintien en détention de Leah a suscité des tensions. Des chrétiens ont accusé le gouvernement de ne pas tout faire pour obtenir la libération de la dernière captive du groupe. Malgré le démenti officiel, d’importantes rançons ont été payées pour la libération des autres collégiennes, comme le confirme un rapport de l’ONU.

Nous prions pour Leah, afin que son appel soit entendu, et sa libération obtenue rapidement. Nous prions pour ses parents, sa famille à qui elle a envoyé ce message émouvant : « J’ai confiance qu’un jour je reverrai vos visages. Si ce n’est pas ici sur terre, cela sera au Ciel, dans les bras de notre-Seigneur Jésus-Christ. »




signe de fin