Adoration du Saint Sacrement

Autres prières du temps liturgique


Adoration du Saint Sacrement


Tous les 1er vendredi de chaque mois et tous les vendredis de Carême et d'Avent

à la chapelle saint Clément sous l'église saint Fiacre

après la messe de 18h30


Saint sacrement

Le pape Jean-Paul II nous dit ceci sur le Saint-Sacrement :

"Par l'adoration du Saint-Sacrement, le chrétien contribue à la transformation radicale du monde et à la germination de l’Évangile. Toute personne qui prie le Seigneur entraîne à sa suite le monde entier et l'élève à Dieu. Ceux qui se tiennent devant le Seigneur remplissent un service éminent. Ils présentent au Christ tous ceux qui ne Le connaissent pas. Ils veillent devant Lui en leur nom".

Ainsi, lorsqu'une âme s'approche dans la foi du Saint-Sacrement, Jésus suscite un nouvel élan de charité dans son corps mystique. Une nouvelle effusion de vie divine rejoint toute personne de manière invisible.




Lectio Divina


lectio - meditatio- oratio- contemplatio- actio

La lectio divina s'ouvre par la lecture du texte (lectio) qui provoque une question portant sur le contenu :

que dit le texte biblique sur soi ?

S'en suit la méditation (meditatio) qui pose la question suivante :

que nous dit le texte biblique ?

On arrive ainsi à la prière (oratio) avec cette interrogation :

que disons-nous au Seigneur en réponse à sa Parole ?

On termine par la contemplation (contemplatio) au cours de laquelle, avec le regard du Seigneur Dieu, nous nous demandons :

quelle conversion, du cœur et de la vie, le Seigneur nous demande-t-il ?

 

La lectio divina ne s'achève pas tant qu'elle ne débouche pas sur l'action (actio) qui porte l'existence croyante à se faire don dans la charité.

Pour suivre et s'inscrire à une "Lectio Divina" sur internet voici un lien direct :

 

Lectiodivina.catholique.fr

(site géré par "catholique.fr et cef.fr")




Coin prière


 

Dieu n'est jamais à plus

d'une prière

de distance de vous

(Charles B. Hodje Jr)

La prière
Cliquez sur l'image



Intentions de prières du pape François pour juillet


L’INTÉGRITÉ DE LA JUSTICE

 

Prions pour que ceux qui administrent la justice, œuvrent avec intégrité, et que l’injustice qui traverse le monde n’ait pas le dernier mot.




AED - intentions de prières

INTENTIONS DE PRIÈRES POUR LES MOIS

DE JUILLET & AOÛT


1) Pour l’Église en Chine

 

Le 28 juin dernier, en la fête des saints Pierre et Paul, le Saint-Siège a publié des orientations pastorales pour clarifier les conditions de l’enregistrement civil des prêtres et des évêques, demandé par les autorités chinoises. L’enregistrement civil suppose en effet l’acceptation des principes « d’indépendance, d’autonomie et d’autogestion » de l’Église en Chine, donc une possible remise en cause de l’unité avec le pape et l’Église universelle. Dans certains diocèses, des prêtres peuvent être acculés à signer des déclarations non respectueuses de la foi catholique ; d’autres, se sentir incapables de s’enregistrer dans les conditions actuelles. Face à cette situation, le Saint-Siège a rappelé les autorités chinoises à respecter la liberté de conscience de chacun et les principes de la doctrine catholique, selon les accords passés entre eux le 21 septembre 2018. Il a demandé l’arrêt des pressions et des intimidations contre les communautés catholiques « non officielles ».

Prions pour que cet appel du Saint-Siège à respecter la liberté de conscience du clergé chinois soit entendu. Face à la complexité de la situation de l’Eglise en Chine, aux tensions qu’elle traverse, prions pour l’unité des fidèles, en communion avec leurs évêques tous unis au successeur de Pierre.

 

2) Pour le Mali

 

Depuis 2012 le terrorisme djihadiste, favorisé par l’inaction du président Keïta et la corruption de la justice, ne cesse de se développer, notamment dans le nord et le centre du pays. Il s’étend même aux pays frontaliers, comme le Niger et le Burkina Faso. Dans ce contexte, d’anciennes tensions entre les différentes communautés ethniques - Peuls, Dogons, Bambaras - sont ravivées. Des milices d’autodéfense se créent partout et sèment la terreur : villages rasés, habitants massacrés, cultures brûlées… Les éleveurs Peuls, souvent associés abusivement aux islamistes, ont subi de lourdes représailles en mars dernier. Le 10 juin, c’est un village dogon, Sobane-Kou, dans le centre, peuplé essentiellement d’animistes et de chrétiens, qui a été rasé, les villageois massacrés.

Prions pour que cessent les représailles intercommunautaires au Mali. Pour que le gouvernement malien sache réunir les protagonistes de cette crise afin de résoudre les différends, apaiser les tensions, arrêter la violence. Prions pour les personnes retenues en otage au Mali, en particulier Sœur Gloria Cecilia Narvaez et Sophie Pétronin.

 

3) Pour les chrétiens d’Érythrée

 

Au nord de l’Éthiopie, l’Érythrée est dirigée d’une main de fer depuis 1993 par le président Afeworki. Dans ce pays de 5,6 millions d’habitants, les chrétiens, coptes-orthodoxes pour la plupart, représentent plus de la moitié de la population. Pourtant la liberté religieuse est sévèrement limitée. Récemment, l’Église catholique (160.000 fidèles) a été visée par une mesure brutale de confiscation de ses 21 établissements de santé. Ceux-ci prenaient en charge 170.000 malades chaque année. Les quatre évêques catholiques d’Érythrée ont écrit une courageuse lettre de protestation au ministre de la Santé, dénonçant une mesure injuste. Pour justifier son acte, le gouvernement s’appuie sur une loi de 1995, jamais encore appliquée, stipulant que toute structure sanitaire ou sociale doit être administrée par l’État.

PPrions pour l’Erythrée, ses habitants brimés par le régime despotique du président  Afeworki. Pour ceux qui prennent des risques énormes en fuyant leur pays afin de vivre dans la liberté et la dignité. Pour les malades, privés de soins médicaux après leur expulsion des hôpitaux. Pour l’Eglise qui, privée de ses institutions, est menacée dans son existence et exposée à la persécution.

 

4) Pour les réfugiés et les déplacés

 

A l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin dernier, le Haut-Commissariat aux réfugiés a publié son rapport annuel. Celui-ci fait état de 70,8 millions de déracinés fuyant les guerres ou les persécutions : un nombre inégalé depuis la seconde guerre mondiale. 41,3 millions d’entre eux sont des déplacés internes ; 25,9 millions sont des réfugiés ; 3,5 millions sont des demandeurs d’asile. La Syrie, l’Afghanistan, le Soudan du Sud, la Birmanie, la Somalie, la République démocratique du Congo, la Centrafrique, enregistrent à eux seuls plus de 15 millions de réfugiés, sans compter les déplacés internes. En Amérique latine, 4 millions de Vénézuéliens ont quitté leur pays, chassés par l’insécurité, les menaces, la pénurie alimentaire.

Prions pour tous les réfugiés, les déplacés. Derrière les statistiques, il y a des vies humaines saccagées, des familles exploitées, ruinées et disloquées. Prions pour nos sociétés tiraillées par ces drames, politiquement impuissantes à mettre en œuvre des solutions attentives au bien de tous, respectueuses de chacun.

 

5) Pour les victimes de la violence en raison de leur religion

 

En mai dernier, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution établissant le 22 août « Journée internationale de commémoration des personnes victimes de violences en raison de leur religion ou de leurs convictions ». L’AED salue cette résolution comme une première étape vers une plus grande attention portée à la persécution religieuse, en particulier celle des chrétiens. 75% des persécutions religieuses à travers le monde touchent des chrétiens. Cette journée de commémoration devrait permettre la mise en place d’un plan d’action coordonné à l’échelon international (ONU et États membres) pour prévenir les actes de persécution à motif religieux, remédier à l’impunité actuelle par la création d’un tribunal international et, à terme, empêcher tout acte de persécution religieuse.

Le 22 août, les catholiques fêtent aussi la Vierge Marie Reine. Confions à sa maternelle intercession tous nos frères et sœurs chrétiens persécutés pour leur foi.




signe de fin