Horaire des messes

 

Horaires des messes

Info sur les messes de semaine

Cliquez sur la chapelle pour obtenir la feuille paroissiale


CALENDRIER DES MESSES

DE LA COMMUNAUTÉ DE PAROISSES

POUR JUIN - JUILLET - AOUT - SEPTEMBRE

Télécharger
Calendrier des messes de juin à septembr
Document Adobe Acrobat 90.8 KB


Les messes du mercredi à la chapelle St Clément

et du samedi à St Vincent de Paul

sont à 18h


Vous pouvez déposer vos intentions de messe directement

en utilisant l'adresse électronique suivante :

saintandredusablon@gmail.com



Editorial

   

RAVIVER L’ÉMERVEILLEMENT DEVANT

L'EUCHARISTIE

 

Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne les pauvres, les affligés, les marginalisés. Celui qui a dit du pain: «Ceci est mon corps», l’a aussi dit des pauvres. Il a dit cela quand, parlant de ce qu’on a fait pour les affamés, les assoiffés, les prisonniers et les nus, il déclare solennellement: «C’est à moi que vous l’avez fait !» C’est comme dire: «J’étais l’affamé, j’étais l’assoiffé, j’étais l’étranger, le malade, le prisonnier» (Mt 25, 35 s.).
La sœur de Blaise Pascal rapporte ce fait à propos de son frère. Dans sa dernière maladie, il ne pouvait rien retenir de ce qu’il mangeait, aussi pour cette raison, on ne lui permit pas de recevoir le viatique qu’il demandait avec insistance. Enfin il dit: «Si vous ne pouvez pas me donner l’Eucharistie, laissez au moins un pauvre entrer dans ma chambre. Si je ne peux pas communiquer avec la tête, je veux au moins communiquer avec son corps».

Le seul obstacle à la communion que saint Paul nomme explicitement est le fait que, dans l’assemblée, «l’un a faim et l’autre est ivre»: «Lorsque vous vous réunissez tous ensemble, ce n’est plus le repas du Seigneur que vous prenez; en effet, chacun se précipite pour prendre son propre repas, et l’un reste affamé, tandis que l’autre a trop bu» (1 Co 11, 20-21). Dire «ce n’est plus le repas du Seigneur», c’est comme dire, votre Eucharistie n’est plus une vraie Eucharistie ! C’est une affirmation forte, même d’un point de vue théologique, à laquelle nous n’accordons peut-être pas assez d’attention.

De nos jours, la situation dans laquelle l’un a faim et l’autre regorge de nourriture n’est plus un problème local, mais mondial. Il ne peut rien y avoir de commun entre le repas du Seigneur et le festin du riche, où le maître festoie généreusement, ignorant le pauvre Lazare qui est devant la porte
(Lc 16, 19 s.). Le souci de partager ce que l’on a avec ceux qui sont dans le besoin, proches ou lointains, doit faire partie intégrante de notre vie eucharistique.
Jésus a dit: «Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours» (Mt 26, 11).
Cela est également vrai dans le sens où nous ne pouvons pas toujours recevoir le corps du Christ dans l’Eucharistie; et même lorsque nous le faisons, cela ne dure que quelques minutes, alors que nous pouvons toujours le recevoir dans les pauvres. Il n’y a pas de limites ici, il suffit que nous le voulions. Nous avons toujours les pauvres à portée de main.
Raniero CANTALAMESSA



Nouvelle traduction du Missel :

les dix choses qui changent pour les fidèles

(pensez à mettre l'impression en format paysage)

Télécharger
Liturgie-messe-Aleteia.pdf
Document Adobe Acrobat 335.3 KB




signe de fin